Poussette, Casseroles et Sacs à Dos

La vie d'une famille nombreuse ordinaire à la recherche du mieux vivre ensemble

Tilcara, la belle étoile…

“Au XVième siècle, les Indiens de la région vivaient en paix du commerce et de l’agriculture. Lorsqu’on leur a annoncé l’arrivée du premier détachement de conquistadors espagnols, ils n’étaient pas préparés à combattre une invasion. Ils se réunirent et décidèrent d’avoir recours à la ruse plutôt que d’affronter les envahisseurs. Tous les tissus et vêtements de la région furent réquisitionnés pour habiller les cactus des crêtes entourant la vallée. A la vue d’une armée aussi nombreuse, les Espagnols prirent peur et préférèrent contourner la région, ce qui laissa aux habitants quelques années de répis…”

Pukara de Tilcara

Cette très jolie histoire illustre à merveille les premières impressions que nous avons eues sur la route nous menant à Tilcara. Passé Jujuy,  on continue sur la magnifique route n°9. Garganta del DiabloIci c’est un autre monde qui s’ouvre à nous, un monde presque mystique et on peut dire que le dépaysement est total. La montagne impose le silence. Bon, pas forcément pour les enfants qui sont dans la voiture depuis quatre heures… 😉 Nous sommes dans la Quebrada de Humahuaca et toute la région est classée au Patrimoine Mondial par l’Unesco, aussi bien pour sa biodiversité que pour son histoire.

Garganta del DiabloLamasLa nature nous rappelle directement qu’elle est le seul maître et l’accès au village est régulièrement fermé à cause des glissements de terrains et autres avalanches. L’impression est encore plus grande, car c’est sous un orage menaçant que nous sommes arrivés à Tilcara, malgré les difficultés sur la route engendrées par ce mauvais temps. Et c’est un peu comme Neil Armstrong que nous avons fait nos premiers pas dans le village.

Rue de TilcaraVue de TilcaraTilcara est un petit village au centre de la Quedrada de Humahuaca, son nom signifierait “étoile filante” en quechua. La plupart des maisons sont en adobes, ce sont des briques crues que les gens font eux-mêmes en faisant sécher un mélange d’argile et de paille au soleil. Même les constructions plus modernes s’harmonisent parfaitement avec le reste.Une maison sur trois est une petite boutique qui vend à peu près tout et n’importe quoi… La nourriture régionale principalement composée de lama, de quinoa et de maïs est délicieuse.  On retiendra en particulier les empenadas, célèbres dans toute l’Argentine, mais qui sont de vrais délices, cuites à la braise au coin d’une rue, sur leur terre d’origine.

IndigèneIci, peu de métissage, les autochtones se revendiquent comme tel (Municipalidad Indigena de Tilcara), même si, soyons honnêtes, leurs traditions sont largement bousculées par la société moderne et leur culture mise à mal par les pressions politiques. Comme beaucoup, pour subvenir à leurs besoins, ils deviennent vendeurs à la sauvette ou pas, de souvenirs de la région: écharpes en laine de lamas, bracelets, poteries… dont l’origine et le caractère artisanal peuvent parfois être mis en doute.

Jeunes routardsLa région est certes touristique, mais avec un tourisme principalement de jeunes routards sac au dos, pas de tourisme de masse et encore épargné par les grands complexes hôteliers, pour notre plus grand bonheur d’ailleurs. Le soir, sur la place du village, certains de ces jeunes routards viennent faire concurrence aux autochtones en essayant de vendre à leur tour quelques babioles. Dans ces moments particuliers, on sent un certain malaise chez ces jeunes arrivés ici par hasard, vivant avec trois sous et n’ayant pas forcément de quoi repartir, ni vivre ailleurs.

Salinas GrandesIl y a tant de choses merveilleuses dans cette région: d’autres villages, des sites archéologiques, des gorges magnifiques, sans oublier les grandes salines qui nous ont valu une petite escapade à 4700 m d’altitude. Et c’est sans aucun doute que pour nous Tilcara restera une petite étoile dans notre coeur. On ne peut d’ailleurs terminer ce billet sans un petit clin d’oeil à notre hôte de l’auberge Patio Alto qui nous a charmé par sa gentillesse et ses bons conseils.

« »

© 2017 Poussette, Casseroles et Sacs à Dos. Theme by Anders Norén.

%d blogueurs aiment cette page :